Le capitalisme a besoin que nous ayons envie de ce dont nous n’avons pas besoin.

Un monde sans nuit. C’est notre monde. La nuit se meurt. La ville Lumière et la fée électricité jadis nous ont enchanté mais aujourd’hui la pollution lumineuse détraque nos villes et nos vies. 60% des européens et 80% des américains ne peuvent plus voir la voie lactée.

Un excellent entretien de Daniel Mermet avec le sociologue RAZMIG KEUCHEYAN, auteur de « Les besoins artificiels, comment sortir du consumérisme ? » (Zones, septembre 2019) ; avec en prime de nombreuses illustrations très intéressantes et inédites pour la plupart :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.