5 décembre et après : on va faire simple

Actualisations décembre 2019 :

Un excellent texte d’un cadre qui y voit clair … pas fréquent, encourageant, à diffuser !

Signaux faibles: vers un basculement ?

Pour de nombreux cadres, la condition salariale est devenue absurde dans un monde néo-libéral. Certains quittent le système, d’autres y réfléchissent, mais en poussant rarement le raisonnement assez loin. Quitter le monde ne le change pas. Pour le changer, il faut s’unir en destin aux classes populaires qui ont les mêmes désirs: vivre libre et dignement. C’est ce qui se joue aujourd’hui (demain dans le texte original écrit le 4 décembre). Lire le texte complet

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est barre-arc-en-ciel-JDD-3.png.
Nn regret dans cette émission, Bernard Friot n’a pas pu se rendre au studio du Média … qui a fort bien géré cette absence en mettant rapidement un terme à un détracteur des thèses de Bernard Friot qui n’était pas là pour en discuter.

Contre Macron, une mosaïque de colères sociales

  Le 5 décembre, ce n’est pas seulement la réforme des retraites qui est visée par les grévistes et les manifestants. Depuis les débuts du quinquennat, une somme de colères s’est accumulée contre le gouvernement. Une douzaine d’invités en témoignent dans notre Live.
Avec : 0:00 Agathe pour le collectif Nos retraites – 10:00 Thierry Babec, secrétaire général de l’Unsa RATP – 18:00 Bérenger Cernon, secrétaire général du syndicat CGT des cheminots de Paris gare de Lyon – 28:00 Caroline De Haas, militante féministe, membre de #NousToutes41:00 Rachel Keke, gouvernante à l’Ibis Clichy-Batignolles – 46:00 Estellia Araez, présidente du Syndicat des avocats de France – 55:00 Sarah Massoud, secrétaire nationale du Syndicat de la magistrature – 1:05:00 Vincent Viau, enseignant en lycée, proche du collectif Bloquons Blanquer – 1:14:00 Mélanie Luce, étudiante en droit, présidente de l’Unef – 1:23:00 Léna Lazare, membre de Youth for Climate – 1:30:00 Nicolas Galepides, secrétaire général de SUD PTT – 1:40:00 Anne Heideiger, « gilet jaune » en Meurthe-et-Moselle – 1:53:00 Youcef Brakni, militant des quartiers populaires, membre du comité Vérité et justice pour Adama Traoré

En complément de ces témoignages :

Un texte très inspiré qui remet les pendules à l’heure pour qui n’aurait pas encore entendu parlé ou compris toute l’importance des gilets jaunes sans lesquels cette mobilisation générale n’aurait très probablement jamais eu lieu

Qu’attendre de cette journée de grève du 5 décembre ? Une démonstration symbolique et ordonnée qui rassurerait le pouvoir macroniste ? Le grand retour du « mouvement social » à la française ? Ou bien le point de rencontre de tous les mécontentements sur la question du travail et de la retraite mais aussi du désastre écologique, du soin et de la vie comme elle ne va plus. Parmi les centaines d’appels à la grève qui circulent dans les entreprises et sur l’internet, celui-ci a particulièrement retenu notre attention ; pour sa simplicité, comme son titre l’indique mais aussi pour la synthèse qu’il propose justement de ces différents fronts qui trament l’opposition au pouvoir actuel.

Militant·es de la grève

Assemblée générale à Jussieu, mars 2006 © Thibautcho / UCL
On y est. Le 5 décembre est là. Ça fait des mois qu’on la prépare cette journée de grève. Nous sommes des centaines de milliers, par delà les affiliations syndicales, à être aujourd’hui des militantes et des militants de la grève. Elle va être forte et nous ferons tout pour qu’elle dure et gagne. Notre ordre du jour : reconduction, auto-organisation, généralisation.

Et d’autres appels d’un peu partout :

Les faire plier

Une petite dernière, pour toutes les interventions, notament les témoignages de Laeticia, compagne de l’étudiant qui s’est immolé à Lyon, et celui de Maryvonne Quesseveur, aide soignante, … en dehors de ce Didier qui n’a rien de super … je vous invite d’ailleurs à passer à chacune de ses “chansons”, surtout sur la fin, ça devient carrément ordurier … dommage, c’est le côté pénible de Là bas si j’y suis … et en plus le public acquiesce.

Leur piège, c’est les grosses ficelles des retraites, mais les colères viennent de plus loin, de plus profond, de plus sincère. C’est un puissant front de colères qui rejette résignation et division, et fait revenir la possibilité du possible. Ils ont peur dans l’autre camp et ils en seront d’autant plus violents et glacés. Mais nous finirons par perdre l’habitude de perdre.
Pour vous gonfler à bloc, voilà notre soirée au Lieu-Dit avec, autour de Daniel Mermet :

 Lætitia, étudiante à l’université Lumière-Lyon-II, membre de Solidaires étudiant-e-s, camarade de l’étudiant qui a tenté de s’immoler devant son CROUS,
 Franciella Paturot, membre des femmes « gilets jaunes » d’Île-de-France,
 Maryvonne Quesseveur, aide-soignante à l’hôpital Beaujon de Clichy (92),
 Mathilde Larrère, historienne des révolutions,
 Laurence De Cock, historienne et enseignante,
 et bien sûr, la grande vedette Didier SUPER !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.