Sortie du nucléaire, ça avance … enfin chez les autres, et chez nous ?

Voir info complémentaire en fin d’article sur la langue de bois de Nicolas Hulot, théoriquement au premier rang pour infléchir la politique de la France en matière d’environnement … dans le sens du vent ou de ses propres intérêts … ?

Après la Suisse, fidèle à ses engagements de campagne, le président sud-coréen Moon Jae-in, élu le 9 mai, a annoncé le 19 juin la révision des projets de nouvelle centrale nucléaire et la promotion des énergies renouvelables et du gaz naturel liquéfié.

La Corée du Sud engage sa sortie du nucléaire
Le président sud-coréen, Moon Jae-In, lors de son discours prononcé à l’occasion de l’arrêt définitif de la tranche 1 de la centrale de Gori (Sud-Est). 

« Jusqu’à aujourd’hui, la politique énergétique sud-coréenne se focalisait sur les prix bas et l’efficacité. Produire à moindre coût était la priorité, au détriment de la vie et de la sécurité des populations », a déclaré M. Moon dans un discours prononcé à l’occasion de l’arrêt définitif de la tranche 1 de la centrale de Gori (Sud-Est), inaugurée en 1978.

« La Corée va s’orienter vers une ère libérée du nucléaire », a ajouté le dirigeant,

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/06/20/la-coree-du-sud-engage-sa-sortie-du-nucleaire_5148045_3234.html#f2bgM0ceElVrpr0X.99

 

Et chez nous ?

17 réacteurs nucléaires fermés d’ici 2025 ?

Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, vient d’affirmer au micro de RTL que la France pourrait fermer 17 de ses réacteurs nucléaires d’ici 2025.

Le chantier de lèpre, oh pardon de l’EPR de Flamanville, fera-t-il partie de ce programme de démantèlement ?  En voici quelques éléments d’appréciation par “la Relève et la peste”… :

image couv site 029222

A suivre …

D’autant plus que l’on ne peut qu’être très prudent sur les déclarations en général de Mr Hulot, (qui n’est pas en vacances ! …), et dont le discours sur le projet gouvernemental en matière d’environnement est pour le moins flou si ce n’est un coup de bluff de plus ? Natacha Polony :

A en croire sa propre fondation (ex-Fondation Nicolas Hulot) nouvellement appelée “la Fondation pour la nature et l’homme”, la pilule (de ses déclarations) a du mal à passer …

hum ……………., d’ailleurs le canard enchaîné du 16 août 2017 apporte les informations suivantes :

“C’est donc par un discret décret, paru en pleine torpeur estivale, le 11 aout, que le gouvernement a géré le “cas Hulot”. Comme “le canard” (5/7) l’a raconté, Macron avait failli se débarrasser de son ministre écolo en découvrant l’ampleur de ses revenus et des potentiels conflits d’intérêts qui vont avec. Car depuis les années 90, le télécologiste touche des royalties sur les produits de beauté de la marque Ushuïa, fabriqué par l’Oréal. Et les montants ne sont pas vraiment anecdotiques…
D’après sa déclaration d’intérêts, publiée le 11 aout sur le site de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, Hulot s’est versé, via sa société Eole, entre 176 000 et 338 000 euros de salaire annuel de 2012 à 2016. De quoi rendre verts de jalousie ses collègues ministres qui sont loin de gagner autant…
Et il faut ajouter les dividendes, qui n’apparaissent pas dans cette déclaration. Selon les derniers comptes connus de la société Éole, ceux-ci atteignaient 40 000 euros en 2012 et 60 000 euros en 2013. Or tous ces menus revenus proviennent des produits Ushuïa…
Autre mélange des genres : la fondation présidée par Hulot a touché des centaines de milliers d’euros de mécènes aussi verts qu’EDF, Veolia ou l’Oréal. Plutôt gênant, au moment de prendre position, en tant que ministre, sur l’EPR ou sur les fermetures de centrales nucléaires.
Après avoir demandé un avis confidentiel à la Haute Autorité, le gouvernement a tenté de résoudre ce double casse-tête par un décret qui tient en deux articles de deux lignes !
Le ministre, dit le texte en jargon administratif, “ne connait pas des actes de toute nature relatifs à la Fondation Nicolas Hulots” ni des actes relatifs “au développement, à la fabrication et à la commercialisation de produits cosmétiques”.
Sur ces questions, Hulot devra laisser la main à Matignon. Ça va être pratique pour gérer le dossier des perturbateurs endocriniens, qui concerne, notamment, les cosmétiques…
Quant à la société Éole, “Nicolas Hulot ne percevra aucune rémunération de celle-ci, assure le ministère de l’Écologie au “Canard”.
Les royalties l’Oréal seront exclusivement versées à la société Éole. Sauf que Hulot en est actionnaire à 99% !
Toutes les royalties seront donc mises en réserve, et il les touchera simplement plus tard, quand il ne sera plus ministre, sous forme de bénefs pas vraiment cosmétiques. !
FIN DE L’ARTICLE

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.