Quand les temps changent … Changer la constitution … Vivre dans les bois …

Je n’ai aucune accointance particulière avec cette revue, le contenu de ce hors série me parait toutefois digne d’intérêt et bigrement d’actualité, à vous de voir !

 

 

Il est possible de changer la constitution ? … la preuve avec cet article 34 dont parle très Xavier Keller, dommage que ce ne soit que langue de bois … il y aurait bien d’autres articles à réécrire pour cela ne le soit pas, mais je doute que LREM se mette à l’ouvrage dans le sens où Etienne Chouard en parle !

Prenons acte toutefois de cet ajout salutaire  : la commission des lois de l’Assemblée nationale a fait intégrer à l’article premier de la Constitution la phrase qui suit :

“La France agit pour la préservation de l’environnement et de la diversité biologique et contre le changement climatique”

Cet ajout fait suite à un amendement déposé par LREM :

” La préservation de l’environnement constitue l’un des plus grands défis auxquels doivent faire face nos sociétés contemporaines. Les deux grandes crises Environnementales globales, le changement climatique et l’érosion de la biodiversité menacent la paix et la sécurité, et leur résolution conditionne grandement l’avenir de l’humanité …. De la sorte, l’action en faveur de la préservation de l’environnement et de la diversité biologique et contre le réchauffement climatique figurera parmi les principes fondateurs de la République française ” ….

Coup de pub ou réel progrès ?, l’avenir nous le dira, restons confiant.e.s dans notre capacité à agir chacun.e de nous, là où nous sommes, pour que cela devienne une réalité !

L’amendement, adopté en commission des lois, doit être revoté lors de l’examen du texte en séance publique à l’Assemblée nationale à partir du 10 juillet.

 

 

A propos de changement “pour la préservation de l’environnement et de la diversité biologique”, sur le plan juridique et administratif, il y a quelqu’un qui aimerait bien que cela se fasse dans nos campagnes (et sûrement des milliers pour ne pas dire des millions d’autres personnes).  Exemple avec cet homme de 79 ans qui aimerait bien vouloir vivre en paix sur son terrain déclaré en zone naturelle où il a construit son habitat sans autorisation … :

 

Guy Belmon est propriétaire d’un terrain boisé dans lequel il a construit une cabane.
Sa cabane, il a décidé d’en faire sa résidence principale. Il vit sous le seuil de pauvreté, n’a pas les moyens de s’offrir un appartement et ne veut rien demander à personne. Du coup, il a décidé d’y passer sa retraite.

Mais le bois de Monsieur Belmon est classé en zone naturelle, donc inconstructible, même d’une manière temporaire.
Il le reconnait, il a construit sans autorisation mais estime que vivre au milieu de son bois ne gène personne.

Du côté de la mairie, on voit les choses tout à fait différemment …

Quoi qu’il en soir, Monsieur Belmon compte bien rester chez lui. Il sait que les bulldozers peuvent venir tout raser, mais la procédure sera longue, très longue.
Il doit être auditionné le 14 avril prochain par les gendarmes. Le parquet a été saisi de l’affaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.