Musique en septembre : Saint Saens, Fauré, Vivaldi (revisité), Lullaby, Gershwin et Rachmaninov

L’étude en forme de valse” de Camille Saint Saens n’est pas certainement pas la plus connue. Elle est ici servie avec brio par un artiste tout aussi peu connu … mais quel talent !

Avez vous vu déjà jouer Saint Saens lui même ?… en 1914, Sacha Guitry fait un film muet dans lequel Saint Saens joue sa valse Mignone, et en 1919 un amateur en fait une synchro avec un enregistrement audio, ce qui donne ça, pas mal non ? :

Avec Fauré nous n’avons malheureusement pas la même chance, mais cet enregistrement audio de Fauré jouant sa propre pavane op.50 est plutôt réussi :

dans un autre style …

  • Originaires de France, les “Vivaldiguys” revisitent Vivaldi (concerto en si mineur pour quatre violons) en remplaçant les violons par des hautbois et en agrémentant le tout par une chorégraphie totalement inattendue et déjantée…

  • Une pause romantique et apaisante avec le violon de Anne Sophie Mutter :

  • Qui ne) connait (pas) Kirill Gerstein’s ?

Une “Rhapsody in Blue” qui ne manque pas de panache, ni de fraîcheur et de puissance avec le Berklee College of Music et ce pianiste hors pair, professeur à la Musikhochschule de Stuttgart . ! Un vrai régal que cette rapsodie rarement jouée avec tant de rythme et de swing même parfois au point que l’on aurait envie de danser.

Si le jeu de ce pianiste vous a plu, n’hésitez pas à poursuivre avec cette oeuvre inclassable, étonnante, pleine d’invention et de créativité, la rapsodie de Rachmaninov sur un thème de Pagannini, encore un un grand moment ! (et ce qui ne gâche rien, les prises de vue et de son sont excellentes, comme la complicité entre le pianiste et l’orchestre).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.