Les nouveaux.elles pianistes

Actualisation fin mai 2020 :

La nouvelle génération de pianistes est absolument incroyable dans sa diversité comme dans la maîtrise des instruments. Voici à nouveau Alexander Malofeev (20 ans), interprétant des oeuvres d’une incroyable complexité :

Rachmaninoff Etude Op.39 No.6 
“Le petit chaperon rouge”
Récital de la demi-finale du concours international de Chine 2019 : Prokoviev, Tchaikovsky, Ravel
Concours de piano à queue, SS Prokofiev.
Concerto pour piano et orchestre No.
3, parties II et III.
Soliste Alexandеr Malofeev (14 ans),
Si vous voulez avoir une petite idée du talent virtuose et du génie musical de ce jeune homme de 17 ans, allez directement à la 27ème minute : une puissance d’expression hors du commun … très russe !

Dans un répertoire plus “classique” : le célébrissime 1er concerto de Tchaikovsky (même si les prises de son et de vidéo ne sont malheureusement pas géniales, le côté “brut de pomme” et quelque peu “métallique” de cet enregistrement vaut le détour tout en convenant parfaitement à la musique de Tchaikovsky). N’hésitez pas à aller jusqu’à la fin pour écouter les “bis” (37’50) – où là, par contre, la qualité de l’enregistrement nuit à la musique, pourtant si génialement interprétée (Alexander à alors 17 ans) :

et si vous voulez suivre la partition, vous pouvez toujours écouter et voir cette version ! (vous entendrez alors la différence en termes de prise de son !)

Enfin, une oeuvre parmi mes préférées ; Alexander la joue ici, il a 12 ans, epoustouflant !

Actualisation avril 2020 : coup de chapeau à Alexander Malofeev

Alors là je suis soufflé ! Je vous disais dans la précédente actualisation “de plus en plus fort” avec la toccata de Prokoviev jouée par Yuga Wang (ci-dessous) … quand je l’entends aujourd’hui par le tout jeune Alexander Malofeev (15 ans) en bis du 2ème concerto de Rachmaninov … écoutez le donc jusqu’à la fin du concert. Son interprétation de la toccata n’atteint peut être pas la perfection de Juga Wang, quoique – c’est un autre style – mais à cet âge cela relève plus que de la performance … faut dire qu’à 13 ans il jouait déjà une des pièces également les plus difficiles du répertoire avec la célèbre campanella de Franz Liszt. Mais revenons au 2ème concerto avec cet orchestre composé presque exclusivement de jeunes, voire très jeunes artistes : impressionnant et magnifique !

Le voici à 16 ans (2018) dans la Rapsody de Rachmnainov sur un thème de Paganini, le jeune garçon a bien grandi et son jeu devient de plus en plus maîtrisé et expressif :

Le répertoire s’agrandit : à 17 ans, en mai 2019, il joue le 20ème concerto de Mozart en Chine : un Mozart parfois suprenant léger et sautillant comme l’aurait sûrement aimé le compositeur … :

et dans un autre répertoire plus moderne, fin décembre 2019 le concerto en fa de Gershwin (une des meilleures versions que je connaisse) :

Une interprétation magistrale de ce concerto hors des sentiers battus, avec un orchestre très en phase avec son chef, jovial et sympathique. Ecoutez tout particulèrement le deuxième mouvement à 14’45, c’est superbe de finesse et de précision, tant pour l’orchestre que pour le piano. Et ne loupez pas le bis !

Actualisation mars 2020 :

De plus en plus fort, … avez vous déjà entendu cette toccata de Prokoviev ? Ici jouée par Yuga wang on atteint l’inaccessible … désolé la vidéo, celle-ci n’est pas téléchargeable, vous pouvez la trouver sur ce lien

Et si vous aimez cette façon de jouer, écouter Yuga Wang dans la célébrissime 1ère ballade de Chopin :

ou ci dessous dans ce récital Shubert et Liszt, on n’ s’arrêterait pas de l’entendre et de la voir jouer (les prises de vues sur son jeu de mains sont très réussies) :

Article d’origine :

Nous avons parlé des pianistes de légendesdans la dernière parution, voici un échantillon des nouveaux et (surtout) nouvelles pianistes d’aujourd’hui … Bonne écoute !

Après avoir étré nommé dans la catégorie “Révélation, Soliste instrumental” des Victoires de la Musique Classique 2019 avec la danse macabre de Saint Saens dans l’arrangement de Liszt / Horowitz, (je vous invite vivement à l’écouter c’est fabuleux !), Alexandre Kantarow, grand spécialiste de , a été doublement “sacré” aux victoires de la musique classique 2020 notamment par le final du 5ème concerto “l’Egyptien” de Camille Saint Saens dont il vient d’enregistrer l’ensemble des concertos. (l’intégrale de ce concerto ici en vidéo) L’interprétation magistrale du final du célèbre concerto pour violon de Tchaïkovski démarre cette soirée assez exceptionnelle pour la musique. (malheureusement pas de vidéo) :

Cérémonie des 27èmes Victoires de la Musique Classique

Si le pianiste vous a convaincu, voir / écouterégalement ce concert

Un pianiste hors pair dans les Kreisleriana de Schumann, une des grandes oeuvres du répertoire :

Article d’origine :

Prokofiev encore … https://www.youtube.com/watch?v=AVpnr8dI_50&feature=youtu.be

La marche turque à vitesse grand V : https://youtu.be/uWYmUZTYE78

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.