En route vers l’autonomie : Alternatiba 2018 / Revenu de base, faisons le point / Un lycée de glandeur.e.s / Co-voiturage libre, du nouveau ! / Produire son électricité

les 6 et 7 octobre à Bayonne

…. 50 conférences et tables-rondes, 2 meetings, des formations, forums, assemblées, des concerts (HK & l’Empire de papier, Danakil, Glaukoma, Old School Funky Family, Zezenaren Taldea, Kalune…), des conférences gesticulées et du théâtre de rue, 300 stands et expositions, des ateliers, démonstrations et expérimentations concrètes, des défis engagements, 1000 bénévoles, des actions concrètes, une vélorution, un espace enfants, un marché paysan, une bourse aux vélos, des repas populaires dans les rues et les places, un camping à prix libre, et l’arrivée du Tour Alternatiba après 5 800 km et 4 mois de mobilisation permanente pour le climat et la transition !

Pour en savoir plus :
bizimugi.eu/alternatiba et alternatiba.eu

  • et ici les éclaircissements sur la question avec Corine sur “Là bas si j’y suis” :

Corinne Morel Darleux – Pour comprendre d’où ça vient, il faut faire un petit retour en arrière, et notamment au sommet sur le climat de Copenhague en 2009 : c’est la première année où on a vu resurgir un début de convergence entre les questions climatiques et les questions de justice sociale. Pas mal d’associations, d’ONGs, de syndicats qui participent à ce sommet climat, organisent un « contre-sommet », espérant peser sur les décisions qui vont être prises. Sauf que, patatra, le sommet se termine une fois de plus sur une absence de décisions contraignantes ; et ça provoque un gros coup de déprime dans les milieux militants, qui fait qu’après le sommet de Copenhague, pendant quelques années, on ne voit pas grand-chose se passer – en tout cas de manière massive. Jusqu’en 2015…

lire et voir la suite, on y apprend plein de choses très précises et concrètes sur le pourquoi du comment agir au quotidien, notament avec les jeunes qui chaque jour sont de plus en plus nombreux.ses et se mobilisent

 

 

Logo Revenu de Base Nantes

Vous connaissez la nouvelle : Emmanuel Macron a annoncé la création d’un « revenu universel d’activité » pour 2020.

Ce dernier consisterait en une fusion des minimas sociaux, sans que nous sachions pour l’instant lesquels seront ciblés et quel montant sera fixé. Si ces annonces semblent reconnaître la nécessité de lutter contre la pauvreté, elles sont clairement insatisfaisantes pour nous, MFRB. Elles manquent d’ambition mais surtout d’universalité et d’inconditionnalité, critères essentiels à l’émancipation des individus et à leur liberté réelle.

Ce « revenu universel d’activité » serait en effet particulièrement conditionné : si une personne refuse deux offres d’emplois « raisonnables », elle perdra ce revenu. Cette obsession du plein emploi, si présente dans l’ensemble des discours politiques, omet l’importance des conditions de travail précaires voire indignes que subissent de plus en plus de travailleurs et travailleuses en France. Nous avons réagi dans un communiqué de presse et avons été interviewés à ce sujet dans plusieurs médias comme LibérationNouvel obs et M. Mondialisation.

Lire la suite, approfondir la réflexion, c’est ici !

  • Voir la bande annonce du film :

 

 

La nouvelle formule Covoiturage-libre est arrivée !

 

 

 

Qui a la main sur l’électricité ?

Lundi prochain 17 septembre 2018 on va aborder spécifiquement les solutions techniques qui nous permettrons de s’affranchir partiellement ou totalement du réseau EDF / Enedis.

C’est un fait, l’électricité n’est plus une compétence réservée aux professionnels de l’énergie, les solutions techniques à notre portée existent et changent complètement la donne !! Elles nous permettent techniquement et en toute légalité d’atteindre cet objectif d’autonomie…

Pour vous inscrire à l’atelier live : Cliquez ICI
Evénement en ligne – gratuit – limité à 60 places

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.