Effondrement, “Quand on sait” / Etat d’urgence : La fin de l’anthropocène, la recherche contributive

Actualisations septembre 2019 :

1/ Une nouvelle vidéo sur le sujet, .. ça déroule !

2/ Le programme de l’université d’été d’Utopia du 10 au 13 octobre 2019

Université d'été 2019 du Mouvement Utopia - Mouvement Utopia


« Est-il vraiment trop tard ? »

seront présent·es, notamment Edgar Morin, Marie-Antoinette Mélières, Jean-Pierre Dupuy, Geneviève Azam et des représentants de Négawatt.

Actualisation juin 2019 :

3 vidéos sur cette question cruciale de notre situation “civilisasionnelle” que je vous invite à regarder :

Actualisation mai 2019 :

«La planète enregistre une extinction de masse sans précédent»

Pour la philosophe de l’environnement au CNRS, la chute de la biodiversité pose un « problème essentiel », celui d’un « certain rapport à la nature, un certain régime de consommation et d’habitation du monde ».

Virginie Maris est philosophe de l’environnement au CNRS, auteure de La Part sauvage du monde (Seuil, 2018). Dans cet entretien, réalisé le 27 novembre 2018 sur Mediapart, elle explique que la chute de la biodiversité pose un « problème essentiel », celui d’un « certain rapport au monde, un certain rapport à la nature, un certain régime de consommation et d’habitation du monde ».

Actualisation avril 2019 :

La perspective de l’effondrement du monde peut être un puissant stimulant à l’action. Et permettre de tourner la page du capitalisme et de la société thermo-industrielle, qui ravagent le monde. Il reste à définir les modes d’action. C’est ce qu’explique Pablo Servigne dans cet entretien.

Autre entretien du 14 avril en Corse :

Actualisations d’avril 2019 : d’autres visions de l’effondrement

  • Bernard Clavière

  • Gaël Giraud

Actualisation janvier 2019 :  un peu d’humour sur un sujet sérieux, trop sérieux même … changeons le système pas le climat, et le système c’est nous ! :

Caméraman, Emmanuel Cappellin a sillonné le monde pendant dix ans. De ses voyages et de ses rencontres, il a fini par se forger une certitude : faute de ressources, le monde tel que nous le connaissons, bien trop gourmand et inconscient, est voué à disparaître. Reste à savoir par quoi le remplacer, d’où le film qu’il est en train de terminer

Voir la Campagne de financement participatif Kickstarter

Nous sommes « au stade final de l’anthropocène »

Récemment invité au micro du Média, le philosophe Bernard Stiegler* estimait que l’humanité est désormais au pied du mur, contrainte de changer rapidement et de manière radicale de trajectoire si elle ne veut être condamnée à disparaître. Son discours de haut vol, riche d’enseignements, est à écouter avec une grande attention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.