Clavecino-Pianississimo, Scarlatti sous les feux de la rampe

Description de cette image, également commentée ci-après

Domenico Scarlatti est surtout connu pour ses quelques 555 sonates, pas une de moins ! (cf. ci dessous la 551).

Ce génial compositeur nous emmène dans une course folle et légère à la fois vers la Joie qui pétille dans chacune de ses compositions aussi variées, que brillantes et si délicates parfois (cf. la 108 ci dessous)

Ainsi, à l’instar de Clara Haskill, tous-tes les grand-e-s pianistes les ont interprétées avec plus ou moins de talent et de réussite ; je vous propose d’en écouter quelques unes  … (durée moyenne 5 minutes / sonate)

 

… initialement composées pour clavecin, ici par exemple  la 141 par Jean Rondeau

 

… aujourd’hui ces sonates sont surtout jouées au piano  : Alexandre Tharaud, Martha Arguerich, Daniil Trifanov ou encore Christian Zaccharias, pour ne citer que quelque un-e-s de ces artistes parmi les plus illustres

  • à titre de comparaison entre clavecin et piano, je vous propose la même sonate 141 que nous venons d’écouter au clavecin, tout d’abord avec Martha Arguerich qui semble vraiment se jouer des difficultés de la partition, puis avec Alexandre Tharaud qui n’a pour sa part rien à envier à cette démonstration de virtuosité et de musicalité rarement égalées :

 

 

  • la toute délicate 108ème sonate qui contraste avec la précédente et la suivante ; je vous invite à l’apprécier dans la subtile interprétation de Daniil Trifanov :

https://www.youtube.com/watch?v=XxlVrYjPmT0

 

  • et  la 551ème sonate, une de mes préférés, ici dans la version de Christian Zaccharias que je considère comme la version la plus aboutie, tel que s’en est fait l’écho récemment France musique, écoutez plutôt:

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.