Retour sur quelques coups de coeur de l’été : cinéma, expériences de vie, engagement citoyen, histoire, musique et poésie

  • Un film – reportage inspirant : Les choristes du bidonville

La chronique, touchante et drôle, d’une chorale d’enfants indiens des bidonvilles, fondée par Jae-Chang Kim, un ancien artiste lyrique.

À Pune, en Inde, l’ancien chanteur d’opéra Jae-Chang Kim, que ses élèves appellent affectueusement Angry Bird, a monté une chorale composée d’enfants des bidonvilles. Il voulait les ouvrir à la musique et les sortir de leur quotidien. Mais il a compris que s’il voulait les impliquer, il fallait aussi associer leurs parents à son projet. Le film suit cette aventure pendant un an jusqu’au concert final et nous immerge dans ce processus de création collective avec émotion et humour.

MAGNIFIQUE … à voir en VOD si vous avez loupé les “replay” d’Arte ou l’occasion de se faire une belle soirée au siège de l’association, sur le thème de la solidarité … à suivre.

 

 

  • Un autre documentaire inspirant à partir d’une expérience hors du commun

Voir l’interview complet sur France 3 et ci dessous le livre de Leina Sato

 

 

  • Sarah Gysler “Petite”

“J’ai cherché un sens pendant plusieurs années, je l’ai trouvé sur la route” – ” Quand on n’a plus peur de tomber, on ne tombe pas”

  • L’entretien de Nans Thomassey

Partir nu et sans argent, depuis les bois, pour aller réaliser un rêve dans la civilisation. Ca vous parait un peu fou ? Et pourtant, c’est ce que Nans Thomassey expérimente et met en image dans la série documentaire “Nus et Culottés”. Interview inspirante : avoir l’énergie de vivre (ses rêves) et d’aller à la rencontre de l’autre !

INSPIRANT, à voir et à écouter dès le moindre signe de baisse de moral… quelle sagesse ces jeunes !

  • Dans le genre inspirant vous avez aussi celui-ci :

 

 

  • L’évolution du projet Tera

  • en savoir plus sur l’évolution du revenu de base :

 

  • Changer le monde en 2h

“Et si je vous disais que vous, là, derrière votre écran, vous avez le super-pouvoir de changer le monde ?” …

 

 

  • Exemples-illustrations de la vidéo précédente :

Plutôt que de baisser les bras et de partir du principe que tout est perdu, ces scientifiques se mobilisent contre les changements climatiques.

 

La bataille contre le réchauffement climatique est loin d’être perdue, c’est en tout cas ce qu’affirme Fabrice Boissier de l’ADEME, qui propose des solutions très concrètes : “Dans la conception des villes, prévoir des surfaces végétalisées, ça va apporter de la fraîcheur, c’est gratuit. Il faut savoir qu’un arbre apporte autant de fraîcheur que 5 climatiseurs et ça ne consomme rien. C’est que du bénéfice.” Ecouter la suite

 

Voir aussi : Changer de voie

ou cette vidéo :

 

  • Poursuivre l’UE en justice pour protéger notre avenir

Dix familles poursuivent l’UE en justice de notre part à tous pour exiger une action réaliste contre le changement climatique [1]. Le 13 août 2018, le Tribunal de l’Union Européenne a accepté d’examiner l’affaire [2]: c’est un grand pas en avant pour le People’s Climate Case.

Le réchauffement climatique dépasse les frontières nationales : seule une action décisive le freinera. C’est pourquoi l’UE doit agir vite. Le 13 août, le Tribunal a annoncé au Parlement européen et aux gouvernements des États membres de l’UE qu’ils étaient accusés de mener une action insuffisante pour protéger les citoyens européens contre le changement climatique.Désormais, ils ont deux mois pour réagir.

Ces dix familles intentent un procès de notre part à tous. S’ils gagnent ce procès pour nous, l’UE devra agir plus vite et de façon plus décisive contre le changement climatique. C’est aujourd’hui que nous devons faire preuve de solidarité. Nous les soutenons par notre lettre ouverte et nous envoyons aussi un message très clair aux décisionnaires du Parlement et du Conseil de l’UE : agissez maintenant, tant qu’il est encore temps, il n’est pas trop tard.

 

 

  • Limiter le tourisme de masse dans des lieux à préserver 

ça s’organise … c’est encore timide mais c’est un début ! : L’île de Pâques, l’archipel des Palaos, l’Everest, les Seychelles (atoll d’Alabra), et pour d’autres raisons … la Corée du Nord !

 

Plus près de chez nous, un tourisme intelligent et inédit qui allie nature et histoire pour mieux comprendre l’avenir :

 

 

  • L’entretien de Franck Lepage

avec Daniel Mermet au Lieu-Dit en janvier dernier avec Daniel Mermet sur “Là bas si j’y suis”, toujours aussi instructif !

 

  • Et pour finir, deux grands moment, 

– un concert de la grande Valentina Litsina avec le Philarmonique de Berlin dans une oeuvre puissante et joyeuse par trop méconnue, la Rapsodie de Rachmaninov sur un thème de Paganini : donner vous le temps d’aller jusqu’au bout, retrouver cet air très connu à 17’07”, … un contraste saisissant avec le final (19’20”), vous n’allez pas vous ennuyer !

 

Les “fans” de Valentina peuvent aussi la retrouver dans la page “musique, du classique à l’inatendu”

 

– et ce conte oriental bien connu, juste pour le plaisir :

« Un jour, je me suis avoué vaincu… J’ai renoncé à mon travail, à mes relations, à ma vie. Je suis alors allé dans la forêt pour parler avec un ancien que l’on disait très sage.

– Pourrais-tu me donner une bonne raison de ne pas m’avouer vaincu ? Lui ai-je demandé.

– Regarde autour de toi, me répondit-il, vois-tu la fougère et le bambou ?

– Oui, répondis-je.

– Lorsque j’ai semé les graines de la fougère et du bambou, j’en ai bien pris soin. La fougère grandit rapidement. Son vert brillant recouvrait le sol. Mais rien ne sortit des graines de bambou. Cependant, je n’ai pas renoncé au bambou.

– La deuxième année, la fougère grandit et fut encore plus brillante et abondante, et de nouveau, rien ne poussa des graines de bambou. Mais je n’ai pas renoncé au bambou.

– La troisième année, toujours rien ne sortit des graines de bambou. Mais je n’ai pas renoncé au bambou.

– La quatrième année, de nouveau, rien ne sortit des graines de bambou. Mais je n’ai pas renoncé au bambou.

– Lors de la cinquième année, une petite pousse de bambou sortit de la terre. En comparaison avec la fougère, elle avait l’air très petite et insignifiante.

– La sixième année, le bambou grandit jusqu’à plus de 20 mètres de haut. Il avait passé cinq ans à fortifier ses racines pour le soutenir. Ces racines l’ont rendu plus fort et lui ont donné ce dont il avait besoin pour survivre.

– Savais-tu que tout ce temps que tu as passé à lutter, tu étais en fait en train de faire pousser des racines ? dit l’ancien, et il continua…

– Le bambou a une fonction différente de la fougère, cependant, les deux sont nécessaires et font de cette forêt un lieu magnifique.

– Ne regrette jamais un seul jour de ta vie. Les bons jours te rendent heureux. Les mauvais jours te donnent de l’expérience. Les deux sont essentiels à la vie, lui dit l’ancien, et il continua…

Le bonheur te rend doux. Les essais te rendent fort. Les peines te rendent humain. Les chutes te rendent humble. La réussite te rend brillant.

Si tu n’obtiens pas ce que tu désires, ne désespère pas… Qui sait, peut-être que tu es juste en train de fortifier tes racines. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.