Evolution de l’agriculture ces 40 dernières années

Pierre a 25 ans quand il rentre du Wyoming pour retrouver Claire sa fiancée et reprendre la ferme familiale. Vingt ans plus tard, l’exploitation s’est agrandie, la famille aussi. C’est le temps des jours heureux, du moins au début… Les dettes s’accumulent et Pierre s’épuise au travail. Malgré l’amour de sa femme et ses enfants, il sombre peu à peu… Construit comme une saga familiale, et d’après la propre histoire du réalisateur, le film porte un regard humain sur l’évolution du monde agricole de ces 40 dernières années. Pas jojo …
29 mars 1999. Christian Bergeon tombe, agonisant, dans les bras de son fils Edouard. Il vient d’ingérer des pesticides et ne se relèvera pas. A 45 ans, il est l’exemple type de ces paysans français qui se battent jusqu’au bout pour conserver leurs exploitations, malgré les crises agricoles à répétition. 13 ans plus tard, Edouard Bergeon, devenu journaliste-reporter, nous introduit dans l’intimité de Sébastien Itard, agriculteur, producteur de lait dans le Lot, qui partage bien des points communs avec son père. Il nous donne à voir sa vérité du monde agricole, un monde soumis aux fortes pressions des banques, des instances économiques et même de l’environnement familial : charge de travail, surendettement, dépression, médicaments… tentative de suicide. Cette fois, pourtant, c’est la vie qui l’emportera grâce à la création de la coopérative de distribution de lait Cant’Avey’Lot qui permet au principal protagoniste, à a fin du film, de trouver de nouvelles raisons d’espérer et de travailler.
Les femmes sont de plus en plus nombreuses à se lancer dans le travail des champs. Aujourd’hui, 1 agriculteur sur 3 est une agricultrice. Il y a 40 ans elles étaient à peine 8 %… Qu’elles se lancent très jeunes ou après avoir exercé d’autres métiers, ces femmes font avant tout un choix de vie radical. Olivier Delacroix est parti à la rencontre de ces battantes. Des femmes dont le métier reste une aventure périlleuse : un travail dur, solitaire, parfois précaire, qui réclame une passion et une détermination sans faille. Comment abordent-elles cet univers avec leurs méthodes bien à elles ? Comment parviennent-elles à équilibrer vie professionnelle et vie personnelle ? Comment réussissent-elles à rester féminines dans ce milieu souvent rude ? Ces femmes qui n’ont pas pour habitude de parler d’elles, ont accepté d’ouvrir leur porte et leur coeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.