Valentina Litsina, du grand art… / Duos cristallins et choeur paradisiaque / La liste de Schindler

2 février 2018, actualisation et complément d’article :

Cette oeuvre peu connue de F.Liszt est une pure merveille de virtuosité, de sensibilité et de génie musical, intrerprétée ici par la brillantissime Valentina Lisitsa sur Bösendorfer, une facture de piano exceptionnelle …  regardez ce doigté, l’alternance de ces mouvements de mains tantôt gracieux et délicats tantôt animés d’une puissance inouïe se jouant de toutes les difficultés et subtilités de la partition avec une aisance étonnante, une présence habitée … profitez de ce moment comme d’un moment de grâce infinie ; comme une façon de se ressourcer divinement … belle écoute !

 

 

 Spécialiste des grands classiques, de Mozart à Liszt, retour* sur une artiste que j’affectionne particulièrement pour la finesse et la justesse de son jeu, Valentina Lisitsa (sur un piano Bösendorfer, pour Mozart … génial !)    *  Voir la diapo, p.23 de l’infoslettre n°16 d’août 2016

 

  • Mozart, concerto K466 avec le Freiburger Mozart-Orchester dirigé par Michael Erren ; des accents très marqués du futur Requiem … du grand classique, du vrai, du beau, du grand Mozart. Ecoutez en particulier le passage du piano solo de la 11ème minute (11’20 excatement) à la quatorzième, reprise de l’orchestre .. et la subtilité toute mozartienne du second mouvement (15’34). Bonne écoute. 

 

  • Puis, toujours de Mozart, cette Fantasie In C Minor K475, une oeuvre beaucoup moins connue et non moins brillante que je trouve de facture plus moderne, notamment sur la fin à partir de 9’52, quel génie !

 

  • Un long concert piano solo au grand théâtre de Québec en novembre 2014 : Beethoven Brahms Schumann Schubert Liszt, cette fois sur Steinway; n’hésitez pas à passer d’un morceaux à l’autre, ils ont très différents les uns les autres, je vous laisse apprécier jusqu’aux “Rêves d’amour” de Listz,  la fameuse campanella et la ténébreuse Rapsodie hongroise n°12 : 

 

  • Pour terminer, un petit bijou de 9’46, la Rapsodie  hongroise n°2 de Franz Liszt, sur Steinway

 

  • et la même, en septembre 2017 en petit comité, en live à Crémone, sur Bösendorfer (je vous laisse apprécier la différence). Ecoutez et regardez, vous n’allez pas vous ennuyer, c’est … indescriptible !

 

 

Des duos qui ne devraient pas vous laisser de glace

  • … Glassduo, n’hésitez pas à ouvrir le “PLUS” en dessous de la vidéo, vous y découvrirez d’autres trésors cristallins …

  • duo de voix cristallines !

 

  • plus qu’un duo, un choeur paradisiaque “In Paradisium” … ouais, c’est bien comme ça que j’imagine la musique au paradis  … terrestre !

 

Nota : j’ai découvert cette dernière vidéo sur un site étonnant qui donne des infos sur divers sujets d’actualités  ; en particuier un film de 2h sur l’origine et l’évolution de la “technologisation” du monde, la culture de l’écran et ses implications … un documentaire qui nous parle de notre addiction aux écrans … en nous mettant pendant 2h devant ! A voir dans un article qui lui est consacré ici

 

 

La liste de Schindler

avec Simone Lamsma (violin) – Davida Scheffers (cor anglais), une merveille, un grand moment d’émotion

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.