Etes vous fait pour être indépendant ? …

Un article sur Linkedin du 27 juillet dernier, rubrique Actualités & Analyses, Carrière & Leadership  :

” Il y a de plus en plus de travailleurs indépendants. La France compte environ 8,2 millions de travailleurs indépendants. En fait, il y en a moins qu’en 1970, mais bien sûr les métiers ont changé. Une courbe s’est dessinée : le nombre d’artisans, d’ouvriers indépendants, d’agriculteurs a diminué. Et après une période de salariat intensif, le nombre d’indépendants augmente dans des métiers différents. …”

Le site propose quelques extraits d’une formation payante pour celles et ceux qui voudraient devenir indépendant-e-s. Avant de se lancer, le mieux est de regarder les commentaires de ces premières vidéos présentant la démarche … peut être que cela suffira à, vous convaincre de faire, ou ne pas faire cette formation !

Ces extraits proviennent de la formation Les fondements du travail indépendant.

 

  

Mon avis :  les recommandations sont presque toutes “classiques” mais justes pour la plupart des gens et dans le contexte actuel ;  il manque peut être le facteur enthousiasme et “hors des clous” pour les personnes qui ont une vraie motivation et le goût du risque, ou qui ont tout simplement envie de travailler autrement que sur les standards économiques du moment : gains de productivité et recherche de profit, sécurité et pérennité de l’entreprise ou de l’activité, préoccupation environnementale au second plan ou carrément ignorée, …

Si le salariat, voire le travail au sens habituel du terme est en voie de disparition au bénéfice de “l’entreprise de soi” comme disait déjà Jérémy Rifkin dans les années 90, il n’en reste pas moins que le travail indépendant présente un risque de précarité certain à mettre en regard de la tendance de l’ubérisation de la société voulue par l’idéologie néolibérale et les gouvernements en place qui y sont soumis.

Entre devenir indépendant et être autonome il y a une grande différence, et le travail indépendant est avant tout une question de personnalité : tout le monde n’est pas fait pour ce mode d’activité. Entendons nous bien, je dis cela dans une perspective économique “classique” :  importance du temps de travail, contraintes administratives, difficultés de gestion, voire précarité ou tout au moins de fragilité sociale peuvent vite être au rendez vous avec le risque de tomber dans le panneau – quand “tout marche bien” – , de nourrir le système ” production – consommation ” qui ne donne pas forcément sens à sa vie …

Ceci étant dit, il n’est pas inutile d’éclairer sa lanterne tant que l’on est ou reste dans la dynamique “travail” … voici de quoi éclairer également votre lanterne,

slide 1

et si vous souhaitez plus d’infos sur une autre démarche, n’hésitez pas à me contacter,

  • il existe quelques organismes qui peuvent vous aider, comme par exemple en Corrèze l’association AIRELLE qui intervient dans le champ de la création d’entreprise en proposant des accompagnements personnalisés, individuels et collectif, pris en charge par divers partenaires, voir une présentation de l’association et de son objet

 airelle

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.