Annexes

Annexe 1 : 

L’approche méthodologique (C. Gattegno / UEPD)

  • A/ Les points forts de la méthode d’apprentissage
  • B/ Contenus méthodologiques et matériels
  • C/ Références sur les différentes approches pédagogiques

Annexes 2 : 

Situation de l’illettrisme en France / L’UEPD

  • A/ Situation de l’échec scolaire et de l’illettrisme en France
  • B/ UEPD : Une Education Pour Demain

 

 

 

L’approche méthodologique 

1/ Substituer / subordonner l’enseignement à l’apprentissage

  • Responsabiliser et mener l’apprenant à plus d’autonomie par la découverte de stratégies personnelles
  • Donner le gout d’apprendre par l’exploration / faire naître le désir d’apprendre
  • Favoriser la connaissance de soi et d’autrui
  • Prendre en compte la capacité de chacun-e de maintenir ses automatismes intacts et fonctionnels ainsi que sa capacité à changer
  • Combiner plusieurs approches ou disciplines : l’apprentissage du français uniquement et/ou avec les opérations mathématiques de base (on fait du français en faisant des maths et vice versa), en salle au moyen des tableaux de couleurs, et/ou au travers d’activités supports proposées ou apportées par l’apprenant-e au cours des séances (alimentation, cuisine, jardinage, couture, etc.), après avoir dégagé le stress source de blocage émotionnel et mental, en début de séance et si nécessaire au cours de la séance (exercices corporels d’éducation kinesthésique)

2/ Un processus d’apprentissage en 4 stades (en français ou en maths)

  1. l’exploration, les tentatives avec leurs lots d’erreurs et des stratégies personnelles qui en découlent
  2. la prise de conscience, celle qui dit qu’il y a quelque chose de nouveau à découvrir
  3. la transition, qui permet d’atteindre par la pratique, l’automatisation
  4. la maîtrise, qui peut être transférée à tout autre apprentissage ultérieur

3/ Contenus méthodologiques et matériels

En LECTURE (valable pour le français et toute autre langue) : 

La lecture en Couleurs est un ensemble de démarches qu’accompagnent des matériels spécifiques (voir ci-après) destinés à l’apprentissage de la lecture, mais aussi de l’orthographe, de la grammaire et de la conjugaison.

En offrant à l’apprenant-e la possibilité  d’utiliser ses propres capacités mentales et ses acquis, la lecture en couleurs lui permet d’être conscient-e du chemin à parcourir / d’être dans la position de création et de prise de conscience jubilatoires / de manipuler la langue de manière simple et rapide / d’explorer des rapports entre la langue parlée et sa forme écrite / d’interroger la langue et le processus d’apprentissage lui-même.

Contenu de la lecture en couleurs :

  • Lecture des phonèmes par des rectangles de couleurs
  • Visualisation de l’orthographe des phonèmes par le « FIDEL » (tous les sons du français)
  • Construction de mots à partir des rectangles de couleur et du FIDEL
  • Lecture des mots usités dans le langage francophone sur les 16 tableaux de mots en couleurs (les tableaux restent en permanence au mur – d’où nécessité d’une grande salle (mur de 6 m de longueur)
  • Lecture infuse (logiciel)

L’apprenant (se) repère ainsi dans l’espace, la durée, le temps, l’ordre des lettres et le visuel, faisant ainsi un pont spatio-temporel et kinesthésique, puisqu’il ira aussi souvent qu’il en a besoin devant les tableaux, pointer ce qu’il a compris, ou pointer ce qu’il veut faire vérifier :

  1. Temporel = ouïe, voix, temps de parole / Spatial = visuel et forme des lettres
  2. Rythme = avec la langue du « a » (un premier apprentissage se fait avec le seul phonème « a »)

L’accompagnant est là pour dépister et déjouer les embûches, aidant l’apprenant à comprendre une consigne, redonnant ainsi confiance et le goût d’apprendre

En GRAMMAIRE : 

La phrase : catégories de mots  – fonction – accords / conscience phonologique et orthographe lexicale / homonymes grammaticaux / expression du temps et conjugaison

  • les activités de grammaire ne peuvent être dissociées ni de celles de lecture et d’orthographe lexicale d’une part, ni de celles de vocabulaire et d’expression orale d’autre part, l’enseignement du français devant conduire à un tout intégré : la maîtrise de la langue parlée et écrite.

Le matériel de la lecture en couleurs

  • Les tableaux de mots rendent visible la segmentation de la langue en mots et en graphèmes, pour un travail sur tous les aspects fondamentaux de la lecture et de la syntaxe
  • Les tableaux d’orthographe (appelés « FIDEL ») présentent les graphèmes sous formes de tableaux exhaustifs permettant d’embrasser tout le système de la langue d’un seul regard pour un travail sur l’orthographe et la pratique de la combinatoire.
  • Le logiciel de lecture infuse (nécessitant un lecteur portable ou fixe)

Le matériel de « la grammaire en couleurs »

  • Des panneaux muraux, en couleurs, de catégories de mots, de fonctions, de conjugaison, etc.  + Dans tous les cas pour le français
  • Le pointeur: utilisé tant par l’accompagnant-e (médiateur-e pédagogique) que par les apprenant-e-s pour les graphèmes, puis en faire des mots et pour lier les mots, et en faire des phrases. Le pointeur permet de montrer le lien entre l’ordre temporel de la parole (un son faisant suite à un autre dans le temps), et l’ordre linéaire de l’écrit.
  • L’utilisation de la couleur rend tangible la relation entre l’écrit et l’oral, et permet de travailler sur la conscience phonologique : chaque phonème, avec ses différentes graphies, a sa couleur. Celle-ci vise également l’autonomie de l’apprenant-e, à travers sa prise de conscience de ces différentes relations.

 En MATHEMATIQUES 

L’apprentissage des mathématiques peut se faire seul ou simultanément au cours des séances avec celui du français. Les différentes phases du programme (additions, soustractions, multiplications, divisions, fractions) se déclinent à partir d’une approche ludique et à l’aide d’outils spécifiques que sont les réglettes Cuisenaire et le Fractionary :

1/ Les réglettes Cuisenaire :

  • L’apprenant-e approche d’abord les réglettes, et les nombres qu’elles représentent en observant leur longueur et leur couleur.
  • La mémoire visuelle, la mémoire auditive, et la mémoire tactile interviennent, pour chacun-e suivant sa meilleure sensibilité. La mise en action de ces trois types de mémoire active ces différentes facultés, accélère le processus d’apprentissage, et compense l’une ou l’autre déficience de perception.
  • A chaque stade de l’apprentissage, l’apprenant-e a l’occasion de s’auto-corriger, ou mieux, de comprendre pourquoi sa réponse est correcte ou incorrecte.
  • Les différentes phases d’apprentissages :

   Phase Qualitative  /  Phase Quantitative  /  Addition  /  Soustraction  /   Multiplication  / Division    

2/ Le Fractionary :

  • Fractionary est une méthode évolutive d’apprentissage des fractions qui permet une multitude d’objectifs grâce à l’utilisation de 65 blocs qui s’associent, se permutent, se remplacent par une autre combinaison de blocs…
  • L’étalon de base du Fractionary est l’hexagone régulier. De par ses caractéristiques géométriques il a pu être fractionné en trapèzes, losanges, triangles et parallélogrammes qui se remplacent et s’associent pour distinguer, associer et décomposer 7 dénominateurs.

Comme on peut le voir ci-dessous, français et mathématiques peuvent être appris simultanément :

     

En GESTION DU STRESS (éducation kinesthésique/BRAIN GYM)

L’impact émotionnel en situation d’apprentissage constitue pour l’apprenant-e soit un moteur qui lui donne envie d’aller plus loin dans ses apprentissages (enthousiasme), soit un frein puissant qui inhibe ses capacités créatives ou bloquent ses capacités mentales.  Comme le dit Paul Dennison, créateur du Brain gym (littéralement gymnastique du cerveau)  

« LE MOUVEMENT EST LA PORTE DE L’APPRENTISSAGE ! »

  • L’éducation kinesthésique, permet de mieux comprendre l’interdépendance entre le développement physique, l’acquisition du langage et la réussite scolaire.
  • Elle est une véritable expérience éducationnelle basée sur le mouvement et centrée autour de 26 activités simples que les enfants pratiquent naturellement lors de leurs premières années de vie quand ils apprennent à coordonner leurs yeux, leurs oreilles, leurs mains et tout leur corps.
  • Elle développe la communication entre le corps et les fonctions cognitives, apporte jeu et créativité, soulage le stress tout en accroissant les performances.
  • Les exercices apportent ainsi des améliorations rapides et souvent impressionnantes pour la lecture, l’écriture, les compétences mathématiques et langagières

C’est la raison pour laquelle il est indispensable d’aborder toute phase d’apprentissage par des exercices de ce type, en début, comme en cours ou fin de séance.

Le matériel « gestion du stress »

  • En dehors du corps qui est le principal outil de cette phase d’apprentissage, le matériel utile est celui du français et des mathématiques (chaises, tableau/Paper bord ou support mural, papier, crayons, etc.) + un matériel spécifique : tapis de sol, verre et bouteille d’eau pour chaque participant-e.

Références des différentes approches pédagogiques abordées

1/ site de l’UEPD, Une Education Pour Demain   –   2/ site de Marc Pecheny concernant le Fractionary  –  3/ site des Réglettes Cuisenaire

 

Statistiques sur la situation

de l’échec scolaire et de l’illettrisme* en France

* le terme d’illétrisme tend aujourd’hui à disparaître pour être remplacé par celui de “littératie” (pour la langue française) et de “numératie” (pour les bases des mathématiques).

 

En regard des chiffres et statistiques sur la situation de l’échec scolaire et de l’illettrisme en France d’une part, et des déclarations ou directives gouvernementales qui en découlent d’autre part, apparaît la nécessité absolue d’intervenir de façon plus efficace et adaptée dans ce domaine.

⇒ Déclaration du ministre de la ville (éducation.gouv.fr) «  … la réussite éducative et la lutte contre l’illettrisme sont des priorités absolues du gouvernement ; … les dispositifs d’accompagnement à la scolarité et le soutien porté aux associations et mouvements d’éducation populaire permettent d’avancer dans ce domaine ».

Quelques indicateurs chiffrés :

  • Le 29 novembre 2016, le rapport de Thierry LEPAON intitulé « Agence de la langue française pour la cohésion sociale » précise :

6 millions de nos concitoyens rencontrent des difficultés à manier notre langue – 3 millions font face à l’illettrisme

C’est ainsi, qu’en écho à ce que j’avais moi-même constaté précédemment dans ma pratique professionnelle, ce rapport indique qu’« une meilleure maîtrise de la langue française serait garante du lien social et de l’intégration, ainsi que d’un meilleur vivre en ensemble »

Autres chiffres :

  • En 2012, sur la tranche d’âge de 18-65 ans, l’INSEE et l’ANLCI constataient  déjà que 2,5 millions de personnes étaient en situation d’illettrisme en France, soit 7% de cette population (près de 12% en Aquitaine), et se répartissant comme suit :
  • 50,5% en activité – 10% chômeurs – 14% en formation – 17,5% retraités – 8% au foyer

Au niveau des jeunes* :

  • 100 000 élèves sortent chaque année du CP sans maîtrise lecture-écriture
  • 200 000 élèves arrivent au collège avec des acquis insuffisants
  • Les évaluations menées par la Journée Défense et Citoyenneté indiquent sur les jeunes que  9,6 % sont en difficulté de lecture, dont 4,1% en grande difficulté, soit 91 200 jeunes 
  • en CFA 1 jeune/10 globalement est concerné, dont 1 jeune / 5 

(* Sources : Association « coup de pouce », partenaire de la « rentrée à l’école » – Lyon        + (info.gouv.fr)

Publics spécifiques concernés

  •  20% des bénéficiaires du RSA sont en difficulté de lecture-écriture
  • Le % de primo arrivants et migrants, est en augmentation chaque année en France
  • 25 % des détenu-e-s échouent au bilan lecture à leur entrée en prison
  • les enfants précoces en souffrance vont en classe au SAS (reportage en Corrèze)

Pour plus d’infos, sur les élèves à résultats faibles en France voir le site de Médiapart, Situation de la France dans le monde : la France 25ème du classement mondial 2013, La France, lanterne rouge du classement de l’évaluation internationale TIMSS 2015

 

 

Une Education Pour Demain

(L’association – organisme de formation à l’approche pédagogique spécifique de Caleb Gattegno)

Association loi 1901 créée en 1978 « Une Education Pour Demain » rassemble des formateurs, des enseignants, des parents, des orthophonistes et des personnes qui s’intéressent, à l’éducation, à la réflexion et à la recherche pédagogique.

Cet organisme de formation contribue à la réflexion et à la recherche pédagogique en travaillant à l’élaboration d’outils originaux et respectueux de l’Humain.

 

Quelques articles de presse et témoignages :

  • Séminaire public « Kinéphone » à l’université Stendhal de Grenoble mai 2015 : « Un prototype pour découvrir, prononcer, lire et écrire les sons des langues »
  • Grand Lyon – Octobre 2012 : « La lecture en couleur fait ses preuves »
  • Messages – Avril 2006 : « Prévention de la pauvreté, priorité »
  • Actualité Social-Santé : Besançon lutte depuis 10 ans contre l’illettrisme …
  • Challenge : « Un mois pour apprendre à lire »
  • Magazine CFDT du 7 août 1993 : « Ces enfants qui ne savent pas lire »
  • La pédagogie Gattegno : « Apprendre à lire autrement »
  • Témoignage de Pascal Koelf
  • Salon Kid expo, porte de Versailles : ” et enfin le stand UEPD, Une Education Pour Demain mérite vraiment le détour ; vous y rencontrerez une équipe bénévole, soudée, passionnée et engagée qui s’inspirant des recherches de Caleb Gattegno sur les processus d’apprentissages et les conduites pédagogiques permettant de prendre en compte l’apprenant et la spécificité de la matière enseignée. Elle propose donc aux enseignants et aux parents des outils intelligents pour aider les enfants dans l’apprentissage de la lecture, orthographe, grammaire, divisions, etc. … toutes les bêtes noires de l’école !”